Le chuchotement

Il n'y a pas d'angoisse, il n'y a qu'un silence.
Les mots et les discours ne portent plus de sens.
Et l'homme enfin se penche en marchant son chemin
sur le caillou qui brille ou la fleur qui se fane.

L'encre coule et dessine en traversant la plume
un son sur le papier dans la nuit sans sommeil.
C'est ce chuchotement fragile et grignotant
qui murmure au poète un message du vent.

Le père a préparé le pain de ses enfants,
il a fermé la porte, endormi son épouse,
et se retrouve seul attablé calmement
pour goûter le silence avec ses bruissements.

Le crépuscule embrume un monde familier
alentour de la table éclairée d'une mèche
enflammée qui vacille en l'absence du vent
combien silencieux et pourtant si présent.


ã Albert Davoine. Mars 1994. 5-457

PoèmesAcceuil -AD
Merci de votre visite. Au revoir !