Le vent 

Ce dieu n'est que le vent.
Le vent qui pousse, cherche et fuit.
Le vent qui entre et qui s'échappe
des prisons.

Le vent gratuit, le vent fortuit.
Ce dieu n'a créé l'homme,
que libre comme le vent.

Et le vent d'amour ne prend forme
qu'avec la complicité du brin d'herbe,
qu'avec le poids du grain de sable.

Le vent d'amour n'a de caresse
qu'avec la chaleur du soleil,
qu'avec la fraîcheur de la pluie.

Le vent d'amour n'a de conscience
qu'avec les mots qui s'y envolent,
qu'avec le parfum des musiques.

Le vent d'amour n'a de présence
que dans le silence des cœurs,
que dans l'attente des regards.

Le dieu de l'homme est mort.
L'homme peut ressusciter dieu,
le dieu fait homme.


© Albert Davoine, mars 1991, 3-227

PoèmesAcceuil -AD
Merci de votre visite. Au revoir !