La respiration

Si je reviens ici au milieu de la nuit,
c'est pour me retirer au désert du silence.
Je me retrouve seul devant la feuille blanche
et je ferme les yeux pour écouter les bruits.
 
Les seuls bruits du désert au sein de la maison
sont les pas de l'horloge énumérant le temps
pendant que je m'arrête à penser maintenant
à l'espace infini qui meuble une seconde.
 
Le temps n'a plus de prise au désert de l'espace
intérieur de l'humain qui recherche la paix.
Son être se contente en effet d'un soupir
pour meubler de musique un silence éternel.
 
L'éternité divine s'exprime par le vent
qui souffle calmement dans le cœur de l'humain
emplissant d'espérance à chaque inspiration,
exhalant la confiance, expirant l'abandon.
 
Le souffle de la vie est la pulsion de l'être
attentif au bonheur d'exister simplement.
Une respiration, c'est comme une prière
où le dieu est silence un éternel instant.


ã Albert Davoine. Mai 1996. 7-696

PoèmesAcceuil -AD
Merci de votre visite. Au revoir !