Soleil levant

L'homme serait au cœur d'une machine énorme
et qui depuis le temps du néant infini
se destine à créer l'amour et sa conscience.

L'homme est dans la machine, il est le machiniste,
il est le matériau et le sculpteur aussi,
le peintre sur sa toile et l'enfant né de lui.

Mais ce qui vit en lui, lui vient de l'univers
aux confins des étoiles et du creux de l'atome
et ce n'est que le vent d'un soleil disparu.

Le soleil s'est donné pour engendrer la vie
et faire du vivant l'image du réel
car il n'existe rien, rien d'autre que l'amour.


© Albert Davoine (Mars 1996) (7-680)

PoèmesAcceuil -AD
Merci de votre visite. Au revoir !