Le sens des affaires

La recherche du sens à la vie est devenue une des grandes préoccupations des gens de notre temps et de notre civilisation. Nous remettons souvent en question notre façon de vivre, quand nous sommes interpellés par les autres, culturellement, économiquement, politiquement différents. Autrement dit, nous regardons les pauvres, les opprimés et ceux et celles qui ne vivent que d'amour et d'eau fraîche (quand il en pleut dans leur désert) et nous nous demandons parfois si tout cela a du sens et ce que nous venons faire là-dedans. Et en tant que dirigeant, nous nous questionnons aussi sur le sens de notre métier, de notre pouvoir, de notre entreprise.

Je reviens à la première ligne : " La recherche du sens à la vie est devenue une des grandes préoccupations..." Juxtaposée à notre recherche de plaisir, de sécurité, d'argent, de pouvoir, de savoir, de gloire, de bonheur, se trouve notre recherche du sens à la vie. On y pense quand c'est le temps et on passe à d'autres choses.

Nous dirigeons nos entreprises de la même manière : nous avons défini (ou un spécialiste en communications a parfois même défini pour nous) notre mission d'entreprise, nous en avons fait des affiches pour les murs, des communiqués pour le personnel et des lettres promotionnelles pour les clients. Passons donc maintenant aux mille et une choses sérieuses qui meublent de façon si envahissante notre vie d'administrateur, et qui font de nous des gens fort occupés par l'accessoire, préoccupés par le superflu et distraits de l'essentiel.

Ensuite, de temps à autre, nous trouvons des solutions à nos angoisses existentielles en consommant du spirituel. Comme nous gérons nos affaires en achetant les idées des autres, nous ajoutons aussi à notre vie quotidienne ce petit côté mystique que nous procurent volontiers gourous et autres marchands du temple intérieur.

Notre véritable travail de chef, c'est de gouverner, c'est de tenir le gouvernail, autrement dit, de garder le navire dans la bonne direction : la petite barque de notre vie et le porte-avions qu'est notre entreprise.

Faire et refaire le point, calculer et recalculer le cap, indiquer la manúuvre, et préparer la relève, c'est là le travail de l'amiral de la flotte. Mais où aller, dans quelle direction, dans quel sens ? Où se trouve donc la Terre promise ?

Toute recherche de sens à la vie, toute recherche de mission d'entreprise, est un travail quotidien, profond et de longue haleine, que l'on doit accomplir en prenant le risque de la solitude. On atteint alors intérieurement ce silence, qui nous permet d'écouter l'appel, le mot qui nous touche, glissé au hasard par un ami inconnu dans un vieux livre ou dans le vent des chemins de rencontre. On découvre parfois ce qui est déjà là : l'origine du vent qui souffle en sourdine dans nos oreilles, mais qui est encore caché à nos yeux.

Mais la quête du sens, la recherche du spirituel, les chemins de Katmandou, peuvent nous mener à la fuite vers l'infinité déroutante du néant, ou nous ramener prisonniers complaisants de notre angoisse. Car la direction qui ne répond pas à un appel de l'infini, et la ligne que l'on trace sans idéal de droiture, finissent toutes deux par prendre la tournure de cercles parfois vicieux. Alors quel chemin prendre, quelle mission donner à notre entreprise ?

Agissons aujourd'hui selon notre conscience, mais donnons-nous un point de repère infiniment présent, immuable et infaillible : le respect, puis l'amour des autres humains, en commençant par le prochain qui entre dans notre bureau.


©Albert Davoine : LR1991-08

Accueilwww.davoine.ca
Merci de votre visite. Au revoir !